Eclairage

De Compendium de Speleologie
Aller à : navigation, rechercher

En spéléologie, l'éclairage est une partie indispensable de l'équipement. L'éclairage principal, généralement une frontale, est fixé sur le casque.

Les cavités étant par nature des environnements souterrains, il faut une lumière artificielle pour pouvoir s'orienter. Ainsi le spéléologue ne s'aventure jamais sous terre sans un éclairage principal et un éclairage de secours (au cas où le premier serait défectueux).

Traditionnellement la lampe à acétylène (ou lampe à carbure) était la plus utilisée. Mais ces dernières années, les éclairages électriques révolutionnent la pratique de la spéléologie, avec une autonomie, une souplesse d'utilisation et un encombrement sans cesse amélioré.

Aujourd'hui les éclairages les plus répandus parmi les jeunes générations de spéléologues sont les lampes à LED ou les lampes mixtes (LED et Halogène). Dans la pratique l'éclairage LED est plus performant et moins gourmand que l'éclairage halogène mais ce dernier permet une lumière plus focalisée quand voir au loin est nécessaire, et cela à moindre coût. En effet les éclairages LED sont assez onéreux. Heureusement il est possible de trouver des éclairages pour tous les budgets.

Au niveau de la longévité, les éclairages "modernes" offrent souvent plus d'une dizaine d'heures d'autonomie avec des puissances variables et la gestion de la consommation des batteries est gérée automatiquement sur les éclairages perfectionnés.

L'alimentation en énergie peut être sous forme de batteries rechargeables ou de piles. Dans les deux cas il est recommandé de toujours avoir un jeu de rechange sur soi lors des sorties. Les plus prudents prévoiront aussi une alimentation de rechange pour l'éclairage de secours. En cas de problème il est impossible de savoir le temps pendant lequel il faudra rester sous terre.

Le compartiment à batteries (les accus) peut être fixé à l'arrière du casque, ce qui est souvent le cas. Ainsi il ne bouge pas lors de la progression et même si le spéléologue doit passer dans de l'eau les batteries ne seront pas mouillées. L'inconvénient est les poids des batteries qui sera directement supporté par les cervicales parfois mises à rude épreuve en exploration. Pour cette raison ou par simple préférence, d'autres pratiquants ont un compartiment à batteries déporté, qu'ils rangent dans la poche de leur combinaison ou qu'ils fixent dans un harnais prévu à cet effet (voir le Harnais ULTRA de PETZL).

D'autres éclairages peuvent être emportés sur soi en plus de l'éclairage principal, par exemple des lampes torches fixées latéralement sur le casque (une ou deux), ou encore des lampes au bras ou à l'épaule. Tout est question de praticité, d'encombrement et d'autonomie souhaitée.

L'éclairage n'est pas un détail dans une sortie, généralement un éclairage capricieux ou totalement défectueux, voir des accus en fin de charge sont synonyme de contrariété dans un environnement qui n'est pas un environnement rassurant, cela se traduit par une sortie gâchée, au mieux. De même un éclairage performant permet d'observer beaucoup plus de choses : salles aux dimensions hors normes, concrétions hautes de plusieurs étages etc.