Spéléologie

De Compendium de Speleologie
Aller à : navigation, rechercher

Cet article propose un petit résumé de la création et de l'évolution du terme "spéléologie". Cela permet de revivre en quelque sorte la naissance de cette discipline qui a prit son essor après 1890 en France, alors qu'en Autriche depuis une dizaine d'années déjà la Höhlenkunde (connaissance des cavernes) subissait un développement considérable. Dans ce pays là, les connaissances souterraines acquises étaient déjà mises en pratique sur le terrain avec les constructions de cavités anthropiques servant par exemple à réguler les circulations d'eau et éviter les inondations.

Premières études

S'aventurer dans les cavernes était un acte dément pendant de nombreux siècles, surtout considérant les mythes tous plus sombres les uns que les autres qui les entouraient. Pourtant, sporadiquement entre les XVIIIeme et le XIXeme, quelques études seront menées sous terre.

Il y a eut par exemple quelques essais et ouvrages relatifs aux curiosités du monde souterrain, publiés en Allemagne et en Autriche vers la moitié du XVIIIeme siècle. Nagel réalisa plusieurs expéditions en 1748 aux cavernes du Karst et au gouffre de la Mazocha.

En 1774 l'allemand Esper en Bavière tira de gros ossement pétrifiés d'une grotte et reconnut qu'il ne s'agissait pas d'os de géants humains, mais bel et bien d'os de grands animaux disparus. C'est sur l'inspiration de cette découverte que Cuvier créa la paléontologie ou l'étude des espèces animales éteintes.

Ensuite au début du XIXème siècle de nombreux ouvrages ont été rédigés, la plupart traitant de sujets spécifiques, dont notamment la toute jeune paléontologie. Vers les années 1830 paraissent les premiers ouvrages de référence tentant de comprendre l'hydrologie souterraine ou d'expliquer la formation des cavités naturelles.

Lorsque Jacques Boucher de Perthes dans la seconde moitié du XIXème siècle parvient à faire admettre l'existence de ce qu'il dénomme l'Homme « antédiluvien » et jette les bases de la Science préhistorique, une véritable frénésie s'empare des scientifiques et les poussent à faire des recherches préhistoriques dans les grottes.

Mais l'essence même des cavités reste encore véritablement ignorée, jusqu'à la parution du travail de synthèse réalisé par M. DAUBRÉE dans son ouvrage : "Les eaux souterraines à l'époque actuelle et aux époques anciennes", de 1887 et 1888 au sujet duquel MARTEL écrira : "le grand ouvrage [...] qui a définitivement arrêté les grandes lignes de la science physique des cavernes".

1892 : LA SPÉOLOGIE

Le terme "spéologie" est employée par M. de Nussac dans son Essai de spéologie (Brive, in-8, 1892).

Il fut reproché à ce terme, notamment par MARTEL que nous évoquerons après, une mauvaise étymologie. En effet, σ π ε ́ ο ς ou spêos ne désignait en grec que les excavations artificielles des tombeaux ou des sanctuaires égyptiens (ex : spéos de Béni-Hassan).

Portrait de Édouard-Alfred Martel
Entrée du Gouffre de Padirac - Extrait "Les Abîmes".
Topographie par MARTEL.

1893 : LA SPÉLÆOLOGIE

Emile RIVIERE a donc proposé en 1890 le terme de spélӕologie, qui est l'équivalent du terme autrichien "Höhlenkunde" dont nous avons parlé en introduction.

Vers une pratique disciplinée

Ainsi, Edouard-Alfred MARTEL lors d'une séance du Congrès de Besançon de "l'Association française pour l'avancement des sciences" le 4 Août 1893 a donné une conférence dont le titre était : LA SPÉLÆOLOGIE.

MARTEL commence par rappeler que les "cavités naturelles du sol", ont depuis des siècles été l'objet de différents folklores, qu'il existe encore trop d'endroits où persistent "les préjugés populaires et les croyances fabuleuses".

Il nous y parle ensuite de la science qui commence à s'emparer du sujet, et notamment du véritable père de la spéléologie qui est selon lui, le Docteur Adolf Schmidl, un autrichien qui en 1854 "[...] s'est livré, en Carniole et en Istrie, à des investigations méthodiques, à des levés topographiques souterrains (18 kilomètres) qui ont fait du Karst istriote la terre classique des cavernes.".

MARTEL nous explique encore comment depuis 1888 lui-même et quelques de ses amis au rang des "MM Gaupillat, Rupin, Lalande, Pons, Sidéridès (Grèce), Mazaurie, Arnal, etc." ont "[...] entreprit d'étendre à la France et au Péloponèse l’œuvre de découverte, de vulgarisation et d'analyse scientifique instituée par Schmidl en Autriche". Selon lui, ces "six années de recherches ont dépassé leurs espérances". Il en profite pour citer son livre à paraître : "Les Abîmes" qui reprendra les nouvelles découvertes.

Enfin, MARTEL explique qu'il ne s'agit à ce Congrès pas tant de traiter des découvertes, que d'atteindre un but qui est "l'organisation méthodique et raisonnée de l'étude des cavernes", ce qu'il définit en un mot comme étant la "spélӕologie". Ainsi la première définition fut posée. Selon lui encore, l'étymologie grecque : σ π η ́ λ α ι ο ν (antre) et λ ο ́ γ ο ς (discours), "montre bien l'appropriation du sujet".

Un Immense Champs d'Etudes

Lors de ce Congrès MARTEL ne se contente pas de présenter une nouvelle science, il propose aussi une liste détaillée de champs d'études pouvant être traités par cette discipline.

L'Hydrologie
  • Circulation et régime des eaux souterraines
  • Origine et classification des sources
Géologie et Minéralogie
  • Origine et agrandissement des cavernes
  • Formation et rôle de l'acide carbonique
  • Analyse chimique des eaux souterraines et des matières dissoutes.
Topographie et travaux divers
  • Désobstruction des cavernes déjà connues
  • Dressement de coupes et de plans exacts avec report sur les cartes topographiques
  • Indication aux ingénieurs des cavités qui courraient gêner les constructions
  • Construction de soutènements, consolidation ou ablation de voûtes ou parois faibles
Agriculture
  • Construction de vannes souterraines : pour réguler les sources
  • Dérivation de réservoirs intérieurs : irrigation et reboisement
  • Elévation à la surface des eaux souterraines rencontrées
  • Transformation de certaines cavernes en trop-pleins lors des inondations
  • Adaptation aux fromageries et glacières artificielles
Hygiène Publique
  • Protection légale contre la contamination des sources : punir le rejet d'animaux morts ou de résidus de voiries dans les gouffres
  • Suppression des marais de la Grèce par le nettoyage des Katavothres
  • Détermination du pouvoir filtrant des terrains perméables
  • Connaissance et dérivation d'eaux pures pour l'alimentation
Physique du Globe
  • Expériences sur la pesanteur
  • Evaporation souterraine : Hygrométrie
  • Electricité dégagée par les cascades intérieures
Météorologie
  • Variations et anomalies barométriques
  • Pression à l'air intérieur
  • Températures souterraines
  • Accroissement de la chaleur avec la profondeur : géothermie
  • Circulation de l'air dans les roches
  • Températures des sources
Préhistoire et Paléonthologie

Recherche et extraction des ossements tombés de la surface au fond des puits naturels ("pour connaître à peu près l'âge de ces formations").

Faune

La faune des grottes et des eaux souterraines pour savoir dans quelles conditions la vie peut se développer et la modification des organismes vivants.

Flore

Mêmes observations que la faune, modifiée par la double influence de l'humidité et de l'obscurité.

L'émergence d'une nouvelle science

MARTEL poursuit après cet exposé des questions pouvant être abordées par la spélӕologie en parlant cette fois d'une véritable science, nouvelle et pluridisciplinaire. Cette science est celle qui comme le suggère l'étymologie du terme, doit coordonner les sciences existantes entrant dans son champs d'étude et développer de nouvelles jusqu'alors négligées.

Mais cela constitue une science "spéciale surtout à cause du genre tout particulier des moyens d'action et du matériel à employer, des précautions à prendre, des risques à courir et de la nature même du milieu où il faut évoluer". Rappelons qu'avant ces premiers aventuriers, rien n'existait, ils ont dû tout inventer pour réaliser l'exploration des puits, gouffres et réseaux de France.

MARTEL propose donc la constitution d'un "groupe d'adeptes" et la formation d'une "Société spélӕologique" dont le but serait de centraliser toutes les documentations existantes éparpillées, ainsi que toutes les découvertes à venir.

1894 : LA SPÉLÉOLOGIE

MARTEL publie comme annoncé son livre en 1894 : "Les Abîmes. Les eaux souterraines, les cavernes, les sources, la spélӕologie." En français, le graphème ӕ étant prononcé [e] (é) il n'y avait qu'un pas à faire pour obtenir le terme "spéléologie", plus harmonieux tel que nous le connaissons aujourd'hui.

Bulletin trimestriel

1895 : LA SOCIÉTÉ DE SPÉLÉOLOGIE

Comme MARTEL l'avait laissé entendre en 1893, sur son impulsion renouvelée à regrouper ses paires, une assemblée constitutive est réunie le 1er février 1895 et est créée la SOCIÉTÉ DE SPÉLÉOLOGIE. En effet c'est au cours de cette assemblée que les personnes réunies décident d'adopter le terme "spéléologie" par "assimilation avec les mots paléontologie, paléophytologie, paléograpie, etc, et dans un but d'unification orthographique" (voir le premier bulletin de la Société).

Une demande est adressée en préfecture le 05 du même mois pour la création de l'association et un arrêté préfectoral en date du 04 mars 1895 autorise sa constitution. Simple association de personnes, savants de plusieurs disciplines (géographie, archéologie etc.), peu d'entre eux sont de réels explorateurs. MARTEL en est alors le Secrétaire Général.

Il y a à l'origine 121 membres fondateurs (qui ont adhéré avant le 1er janvier 1895). Au 1er mai 1895 ce nombre s'élève à 150.

L'objet de la SOCIÉTÉ a été rédigé ainsi : « La Société de spéléologie est instituée pour assurer l'exploration, faciliter l'étude générale et concourir à l'aménagement ou à la mise en valeur des cavités souterraines de toutes sortes, connues ou inconnues, soit naturelles soit artificielles ; pour encourager et subventionner les investigations qui s'y rapportent d'une manière quelconque ; en un mot, pour vulgariser et développer, dans un intérêt à la fois pratique et théorique, utilitaire et scientifique, les recherches de toute nature dans l'intérieur de la terre. »

Cette SOCIÉTÉ publia un bulletin trimestriel dénommé SPELUNCA. La revue SPELUNCA existe toujours.

1900 : LA SPÉLÉOLOGIE ou SCIENCE DES CAVERNES

LA SPÉLÉOLOGIE ou SCIENCE DES CAVERNES est le titre d'un livre écrit par MARTEL qui reprend entre autre la naissance de la discipline. Cela marque en quelque sorte l'entrée de cette nouvelle science dans le nouveau siècle, un siècle de découvertes et d'explorations incroyables.